Les reportages photo Connectez-vous à l’espace syndicat

Conception : Advisio

Accueil  > Actualité sociale et revendicative  > Talcs de Luzenac

Talcs de Luzenac

Les membres du comité d’entreprise ont quitté le CE du mardi 21 avril suite à un désaccord portant sur l’imposition de jours de congés

En effet, la direction a pris la décision de fermer plusieurs jours l’entreprise et donc de nous imposer des jours de congés. Ainsi, 4 jours sont imposés sur la période de mai à août (1 jour/mois). L’ordre du jour était jusqu’à octobre. La direction s’est arrêtée là en voyant notre réaction mais nous pensons que l’idée était 1 jour de CP imposé par mois jusqu’à octobre. Sachant que sur la période des fêtes de fin d’année, la direction a laissé entendre que des jours supplémentaires pourraient nous être imposés. S’ajoutent aussi les samedis où l’entreprise est fermée. Les équipes postées devront rendre ces journées à l’entreprise. La première idée de la direction était d’imposer ces jours là-aussi en congés ou récupération. La direction est prête à annuler l’éventuel impact de cette mesure sur les congés de fractionnement ce qui nous parait tout de même étrange quant à l’objectif de cette décision. L’activité est certes en légère baisse mais la tendance est à la hausse et nous avons réduit l’écart négatif des 2 premiers mois de l’année. Nous avons un retard d’environ 5 % en volumes et de 0.6 % en chiffres d’affaires mais par rapport à une année de référence, 2014, qui est une année exceptionnelle ! Le chiffre d’affaires est moins en retrait du fait de l’augmentation du PVM. L’entreprise est loin d’être en difficulté et nous sortons d’années exceptionnelles en termes de résultats, notamment 2014 ! Les prévisions pour 2015 sont supérieures à 2014. Qu’est-ce que cela serait si nous avions de réelles difficultés ? fonction de l’activité. Car c’est bien de cela qu’il s’agit ! La direction nous avait annoncé lors du CE du mois de mars qu’en rapport à la baisse de volumes, elle envisageait de nous imposer des jours de congés. Nous nous étions déjà prononcés contre cette mesure. Nous avons rappelé à la direction que lorsque les ventes en 2014 étaient à des niveaux jamais égalés, les effectifs n’ont pas été renforcés … Aujourd’hui, le discours est différent, les routiers qui chargeraient une veille de jour férié seraient bloqués sur site plusieurs jours ; des sous-traitants ne voulant pas travailler un dimanche, on nous impose donc un lundi en congé pour que ces messieurs puissent intervenir sur notre réseau informatique le lundi, l’usine arrêtée … La direction privilégierait-elle les employés des soustraitants ou les routiers plutôt que ses employés ? Depuis notre intégration dans le groupe Imerys, nous avons tous fait beaucoup d’efforts. L’effectif OETAM a diminué contrairement à l’effectif cadres dont la population augmente (moins d’employés et plus de cadres !!??), des services ont été démantelés, on nous demande toujours plus de polyvalence, toujours plus tout court, … Pour chaque poste OETAM où il y a un départ, quelle que soit la forme, la direction se pose la question du remplacement contrairement aux cadres où il y a systématiquement remplacement. Pour preuve, l’appel à candidatures pour le remplacement du responsable qualité est déjà lancé pour septembre alors que le remplacement d’une personne de la maintenance usine, que la direction a laissé partir en fin d’année 2014 en départ négocié, est en stand-by du fait du ralentissement de l’activité alors que la direction nous avait dit qu’elle serait remplacée par un CDI !

passe systématiquement par un CDD pour prolonger la période d’essai contrairement aux cadres où, là, c’est de suite un CDI. Alors que se « planter » sur un tel recrutement est plus dangereux pour l’entreprise qu’un OETAM. En, effet, un cadre, généralement gère un service, donc un risque potentiellement plus grand pour l’entreprise. Nous n’allons pas rentrer dans ce débat-là mais là aussi il y aurait beaucoup à dire… Nous pourrions travailler dans de bonnes conditions dans notre entreprise qui se porte très bien et où nous avons un chalenge intéressant avec le projet HAR. Mais là-aussi les emplois ne seront pas en ligne avec les espoirs suscités par ce projet. Et là-aussi la direction a prévu d’attribuer une partie du travail aux équipes de production sans les renforcer. Plusieurs fois, en 2014, nous avons manifesté notre mécontentement sur plusieurs points à la direction (effectif, polyvalence, management, conditions de travail, …) mais nous avons réussi à ce qu’il Ne pas jeter sur la voie publique n’y ait pas de conflit, même minime, pour ne pas mettre en péril ce projet HAR et mettre toutes les chances de notre côté pour que ce projet nous soit attribué. Mais on nous demande toujours plus !

Pour preuve encore, un projet 5S va être lancé où chacun devra participer au nettoyage des sites. Cela va commencer le 28 avril avec l’arrêt complet des sites pour le nettoyage de l’atelier séchage. « Tout le monde va contribuer » aux dires de la direction, nous y veillerons. Mais nettoyer avec quel matériel ? Nous ne disposons que de 2 aspirateurs industriels (un fixe + l’UMA) donc avec des balais ! Nous allons donc arrêter l’usine pour la nettoyer, la plupart d’entre nous avec des balais. Non, ce n’est pas la peine de relire la phrase précédente, vous avez bien lu ! Nous souhaitons que les équipes de nettoyage soient réellement renforcées de façon à ce que nos sites soient propres de manière pérenne et pour protéger la santé des salariés ! Depuis la mise en place de la direction actuelle, nous avons toujours travaillé d’une façon constructive ce qui a bien souvent abouti à des accords. Nous avons toujours trouvé des compromis. Nous avons compris les objectifs et consignes imposés par le groupe. Nous avons joué le jeu et fait confiance à notre direction actuelle qui nous a prouvé jusque-là que nous ne nous étions pas trompés. Nous souhaitons que cela perdure. Ainsi nous avons confiance en notre direction pour revoir sa position sur cette mesure car le niveau de résultats de notre entreprise est légèrement en deçà de quelque chose d’exceptionnel et est tel qu’il n’est pas nécessaire de prendre des mesures particulières.

Trop c’est trop !! Rassemblement à 14h00 devant l’usine pour évoquer ensemble ces sujets

Les jours imposés :
- Samedi 9 mai
- Vendredi 15 mai
- Samedi 16 mai
- Lundi 15 juin
- Lundi 13 juillet
- Vendredi 14 août
- Quid du samedi 2 mai ?
- Quid période de Noel et jour de l’an ?