Les reportages photo Connectez-vous à l’espace syndicat

Site hébergé par Natys

Accueil  > Actualité sociale et revendicative  > COTTES Le FOSSAT : Communiqué CGT suite au CCE du 23 juillet

COTTES Le FOSSAT : Communiqué CGT suite au CCE du 23 juillet

OUI d’autres choix sont possibles !!!! La CGT impose d’autre choix au GROUPE VANDEMOORTELE pour renforcer le site et le TERRITOIRE !!!

 Malgré une procédure aux délais réduits, la Cgt a pu entrer dans cette réunion de CCE en Force de Proposition avec une analyse économique validée par le cabinet d’expert SECAFI et un projet alternatif aux licenciements soutenu par la DIRECCTE !

Pour la SECAFI, les conclusions sont nettes, l’entreprise COTTES USINES n’enregistre pas de pertes justifiant les licenciements et 26 licenciements conduiraient vers la fermeture totale du site du Fossat !

Dans ce cadre, le rapport d’expertise confirme que le site du FOSSAT doit au contraire être renforcé car stratégique, avec la fabrication du produit à la plus forte Valeur Ajoutée du groupe et à la forte image de Marque que constituent « les Pains PERENE ». Il souligne que ce seul produit qui représente la moitié de la production du FOSSAT équilibre à lui seul les comptes des 2 usines du FOSSAT et ST ESTEVE.

En effet, l’expertise pointe les fautes du groupe qui ont causé des pertes de volumes sur le Pérène notamment par des choix de politique tarifaire incohérente face à la concurrence (hausse des prix du pain Pérène de 15% en 2013), politique commerciale insuffisante (investissements marketing, annulés ou différés), politique d’investissements industriels et de R&D inexistante.

Suite à ce constat, la CGT a présenté son projet alternatif !!!

La CGT propose de renforcer le site passe par un investissement sur un véritable projet industriel et commercial de reconquête de parts de marché sur le Pérène, par un rajeunissement et une diversification de la gamme (Recherche et développement : BIO, lamé etc..) et une pénétration de territoire où la diffusion des pains Pérène est faible (investissements marketing)

Considérant qu’un tel projet induit une méthodologie et des délais de réalisation, la CGT propose de s’appuyer sur la formation professionnelle pour sécuriser le parcours professionnel des salariés durant la phase de TRANSITION. De l’élaboration à la mise en œuvre du projet, l’entreprise réduit ses effectifs tout en préservant ses compétences et capacités productives, le salarié préserve son contrat de travail et élève ses compétences.

Pour cela, la CGT propose de mobiliser les fonds « disponibles » de l’organisme collecteur de la formation professionnelle des Industries Agro-Alimentaires et notamment de la charte destinée à sécuriser le parcours professionnel des salariés dans le cadre de mutations économiques.

Il est à noter que la DIRECCTE a invité l’employeur à apporter une attention toute particulière sur le projet cohérent et abouti présenté par l’organisation majoritaire CGT.

Face à l’exhaustivité et la reconnaissance d’un tel projet de relance, la position de la Direction semblait difficilement tenable.

Après avoir tenté de légitimer sa position, la Direction ne peut poursuivre et accepte ce projet en y adossant un plan de départs volontaires, en aucun cas, ce plan ne comportera de licenciement subi !

Au terme du CCE, il a été convenu de finaliser ces négociations par voie d’accord en présence de la DIRECCTE ce mardi 29 juillet.